Tarasque

1 Mois 1 Monstre  1 Mois, 1 Monstreprécédemment 1 semaine, 1 Monstre est une page FB où, chaque mois, Xian Moriarty vous propose de dessiner un monstre qu’elle aura choisi (créature fabuleuse, dieux et déesses, cryptozoologie, etc.).
Toutes les techniques de dessins, d’illustrations, de graphismes et de montages photographiques sont acceptées.
Tous les niveaux, « pro » ou amateurs, sont acceptés aussi… N’hésiter pas à participer et à partager cette page…

Ce mois ci le monstre c’est la Tarasque. Voici la mienne : 

Tarasque

cliquezLa Tarasque est un monstre qui hante les bords du Rhône vers Tarascon. Elle habiterait sous le rocher sous son château. Elle aurait de gros yeux rouges, six pattes d’ours, une crinière de cheval, des piquants sur le dos, un corps de couleuvre, des oreilles de cheval, un mufle de lion et le visage d’un vieil homme…

Les premiers écrits de la Légende de la Tarasque apparaissent aux XIIe et XIIIe siècles : in Mombritius, Sanctuarium, tome II :

 » Il y a avait en ce temps-là, au-dessus du Rhône, près d’une vaste caverne, dans un certain bois en Arles et Avignon, sur la rive occidentale, un énorme dragon, moitié animal terrestre, moitié poisson, qui faisait périr les nombreuses personnes qui traversaient et passaient par-là, et même les ânes et les chevaux. Il retournait aussi les bateaux qui franchissaient le Rhône. Des gens et des troupes armés venaient souvent là, mais ils ne parvenaient pas à le tuer, parce que, expulsé du bois, il se cachait dans le fleuve ; Et il était plus gros qu’un bœuf, plus long qu’un cheval. Il avait une gueule et une tête de lion, des dents pointues comme des épées, une crinière de cheval, le dos tranchant comme une hache, des écailles hérissées comme des tarières pour déchirer, six pieds aux griffes d’ours, une queue de vipère, et était protégé de chaque côté par deux boucliers semblables à des carapaces de tortues. Douze lions ou autant d’ours ne pouvaient l’emportaient sur lui. Comme les habitants n’avaient pu le faire périr par aucun moyen, ils apprirent par sa renommée que la bienheureuse Marthe brillait par ses miracles et chassait les démons ; ils allèrent vers elle lui demandant de venir et d’expulser le dragon de son territoire. La sainte amie de Dieu se dirigea tout droit vers le lieu. L’hôtesse du Christ mettant sa confiance en son hôte, dénicha le dragon dans le bois, dévorant un homme qu’il avait égorgé ; elle jeta sur lui l’eau bénite qu’elle avait apportée et lui montra un crucifix : le dragon s’arrêta vaincu comme une brebis et la bienheureuse l’attacha avec sa propre ceinture, et aussitôt il fut entièrement écrasé par le peuple avec des lances et des pierres… »- tiret

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s